3 questions à un ancien président 

Dans le cadre de mon séjour au Maroc pour le Forum de Crans Montana, j’ai eu l’immense plaisir de rencontrer différents leaders (politiques, business, mode, etc). L’un d’entre eux, Diancounda TRAORE, ex-president du Mali m’a particulièrement marqué par sa simplicité. Il a dirigé son pays en tant que président par intérim dans un moment très difficile. Une rébellion s’était déjà installée au Nord Mali et un coup d’état avait emporté le précédent gouvernement. Il a lui-même échappé à une tentative d’assassinat pendant sa fonction. Blessé et soigné en France, il est revenu aux affaires et a organisé les élections qui ont permis au Mali de renouer avec la démocratie. J’ai pris plaisir à discuter avec lui et à lui poser quelques questions dont 3 me paraissent intéressantes: 
   
 (Avec les jeunes leaders ivoiriens)

Moi: M. Le Président, que faites-vous de votre temps libre ?

Président: (il sourit) Adama, je n’ai pas beaucoup de temps libre. Je suis moins pris par des fonctions officielles mais je continue de travailler pour mon pays. J’écris également un livre et je prépare le lancement d’une fondation pour intéresser les jeunes à la politique. Les dérives de la politique africaine ont fait en sorte que les jeunes fuient l’engagement politique. Or, ils doivent s’intéresser à la politique pour prendre le relais et y apporter du dynamisme et leur capacité à changer les choses. 

Moi: Vous avez dirigé votre pays pendant des moments de braise, comment un leader doit faire face aux crises? 

Président: ( une pause, un regard, un sourire) Tu me poses là une question très pertinente. La crise vous révèle à vous-même. Vous trouvez des forces insoupçonnées et un courage que vous ignoriez peut-être. Ceci arrive quand vous êtes conscients de vos responsabilités et des conséquences de vos actions à l’échelle d’un pays. 

Le leader doit donc garder intact sa capacité de jugement et garder en tête l’intérêt suprême des personnes qu’il dirige. Dans une crise, le plus dur n’est pas d’affronter vos adversaires ou ennemis déclarés mais d’accepter la trahison dans son propre camp.

Moi: Quelques conseils aux jeunes leaders?

Juste vous dire de continuer sur votre lancée et de vous engager dans des causes nobles. Penser toujours aux autres et soyez conscients de vos responsabilités et de l’impact de vos actions. Et enfin, engagez vous en politique pour impacter durablement. C’est seulement quand vous apporterez le meilleur de vous dans le débat politique, que la politique africaine changera. 

Moi: Merci M. Le Président 

Président: Merci Adama, et j’espère te revoir bientôt à Bamako! 

Adama GOROU

Human Potential Catalyst 

Partager: