Je vois une fille banale

        Au cours d’un coaching pour un groupe d’adolescents brillants afin de les préparer à une émission tv éducative, j’ai eu la chance de rencontrer des gosses extraordinaires et d’autres moins. Certains brillaient d’assurance et de confiance, d’autres auraient voulu disparaître tout simplement. Plusieurs exercices étaient au programme dont celui du « Miroir » qui a pour but de permettre aux coachés de prendre connaissance de son aspect physique, de s’observer et d’apprécier la personne qu’ils voient dans le miroir.

femme-miroir02a

        La plupart des participants ne pouvaient s’empêcher de rire une fois devant le miroir et d’avoir des commentaires élogieux à leur propre endroit : «  J’ai de beaux yeux », « j’aime mes cheveux », « je me trouve finalement plus belle avec mes lunettes », etc.

         J’avais remarqué que Patricia, une des filles, était un peu en retrait depuis le début des exercices. Je lui posai la question à laquelle tout le monde répondait avec tant d’enthousiasme : « Qu’as tu vu dans le miroir ? » Elle : «  Une fille banale », Moi : «  Pardon ? » Elle : « une fille quelconque ». Moi : « Pourquoi dis-tu cela ? » Elle : « Bah, c’est ce que me dit toujours mon père »

           A force de répétition même un mensonge devient vérité et qui plus est quand cela est l’œuvre du père, premier modèle masculin. Sans le savoir, ce père par ses mots à amener sa fille, pourtant belle et intelligente, à se trouver banale, inintéressante et moche. Mon entretien privé avec elle n’a fait que confirmer l’étendue des dégâts.

          Souffrant de la peur du rejet, elle préférait se contenter de la solitude de sa chambre au lieu de se faire des amis. Les remarques désobligeantes de son père, l’avaient muré dans un mutisme en sa présence, brisant ainsi toute possibilité de conversation. Le seul intérêt véritable qu’il lui accordait, concernait ses notes scolaires. Ironie du sort, elle vient d’échouer au Bac malgré les notes auxquelles son père tenait tant. Un autre moment difficile qui sans doute aurait eu des impacts négatifs sur sa personnalité si depuis peu, elle ne bénéficiait pas de notre accompagnement à titre gracieux.

              Certains en lisant ces lignes se rappelleront peut être de leur enfance ou de leur situation en tant que parent. Ne perpétuez pas des habitudes ou ne prolongez pas les attitudes de vos parents. Ce n’est pas parce que vos parents étaient durs avec vous que c’est le secret de votre succès. Ne pensez pas que vos enfants doivent être aussi brillants que vous lorsque vous aviez leur âge. Cessez de les comparer aux enfants du voisinage, aux enfants de vos frères et sœurs. Arrêtez svp, d’écrire un scénario pour leur vie sans leur participation, sans les consulter.

           Etre parent, c’est jouer un rôle à multiples facettes. Vous êtes à la fois : la loi, l’amour, l’espoir, la punition, la récompense, l’ami, le confident, le modèle, le héros,… Il n’est pas toujours facile de trouver l’équilibre mais votre nom ne doit pas évoquer uniquement la peur, la censure, les reproches.

          Votre enfant ne devrait pas chercher à réussir juste pour vous prouver que vous avez eu tort de le sous-estimer. Il doit le faire parce que vous êtes une source de motivation et un exemple. On ne donne que ce qu’on a reçu. Alors donnez à vos enfants les moyens de construire une autre génération en devenant le héros de leur vie, le motivateur et la source d’inspiration qui nourrira leurs ambitions mondiales.

Adama GOROU                                                                                                                                   Human Potential Catalyst                                                                                                                            Coach, Speaker & Trainer

Partager: