Un empoisonnement collectif

     Imaginez que vous participiez à un grand repas avec vos amis et parents. Soudain, un des convives sort une fiole et vous dit qu’elle contient un puissant poison et qu’il souhaiterait le partager avec vous car lui en a marre de cette vie et voudrait que vous l’accompagniez dans la mort. Quelle serait votre réaction ? Je peux bien l’imaginer d’ici.

poison      Un poison collectif      

      Mais à la réalité, je ne pense que pas que beaucoup se mettraient à courir. Non, parce que notre comportement quotidien prouve le contraire. Nous acceptons chaque jour un empoisonnement collectif insidieux et pernicieux dont les effets négatifs sont aussi terribles que celui du cyanure.

     Notre poison collectif, nous en prenons par petites doses, si petites que nous ne nous en rendons pas compte. Nous prenons une dose chaque fois que nous répétons avec la masse que « Rien ne va dans ce pays ». Nous partageons notre dose chaque fois que nous cliquons sur les réseaux sociaux « partager » pour exposer un corps déchiqueté ou une image très choquante.

       Un  empoisonnement général

       Le poison se trouve dans les réponses que nous entendons ou que nous donnons à une question aussi simple que «  Comment vas tu ? ». Les meilleures réponses des empoisonneurs sont «  comme çi, comme ça », « on se maintient ». Sinon, dans la gradation mélodramatique vous avez du  « c’est chaud », «  le pays est trop dur », «  ca va pas mec », ou autres choses du genre. Cet empoisonnement est tellement généralisé qu’une réponse comme « ça va super » est tout de suite jugée suspecte.

     L’empoisonnement est aggravé par les infos dont le fond de commerce est la mauvaise nouvelle. Et, dans un monde globalisé, le moindre fait divers dans un village du bout du monde se retrouve sur nos écrans, nos comptes twitter, facebook et même dans nos média locaux. A ce stade, l’empoisonnement devient global. Dorénavant les réponses à la question de « comment ça va ? » deviennent « ça va pas, le monde est foutu. T’as pas appris ce qui est arrivé en… et bla bla bla ».

        Trouver l’antidote

      Personne ne parle alors des belles choses qui se passent chaque jour dans le monde. De ces personnes qui change le monde par des initiatives uniques, des inventions extraordinaires. De ce que chacun pourrait faire pour réduire la dose de poison qui coule dans ses veines.

    Les premiers mots que prononce votre langue déterminent la qualité de votre journée. Refusez de démarrer vos journées par une tasse de poison avec des mots négatifs, tristes et déprimants. Appréciez le moment, savourez une tasse de café et mettez-vous en mode productivité maximale dans la bonne humeur.

      Mon ami Jean-Patrick Ehouman commence ses posts de la journée par un vibrant « Goood Morning Africaaaa » et un hastag BeastMode. Il a trouvé ainsi son antidote à l’empoisonnement collectif. Votre challenge de ce jour est de trouver vous aussi votre antidote…pour commencer la journée de demain de manière différente et positive.

     Vous continuerez votre traitement en vous engageant à faire de ce monde un endroit meilleur, une initiative à la fois, une personne à la fois., un jour à la fois.

Adama GOROU                                                                                                                               Human Potential Catalyst                                                                                                                          Coach, Trainer & Speaker

Partager: